Aller au contenu principal

Réunion de coordination du jeudi 28 novembre 2019

1.    Objectifs :

  •  Présenter les résultats de la nidification du cincle en 2019.
  •  Organiser la saison 2020.
  •  Aborder divers points.

2.    Présentation des sites où le cincle s’est installé :

         Hoyoux :

             o    Site 3 : 2 nichoirs sont présents mais le cincle a préféré s’installer dans un nid naturel. La 1ère couvée est                               arrivée à terme, la 2ème a été prédatée.
             o    Site 7 : site naturel prédaté.
             o    Site 8 : 2 couvées dans un nichoir sous un pont.
             o    Sites 12 et 13 : 2 sites naturels où le cincle a niché.
             o    Site 19 : nichoir occupé (2 couvées).
             o    Site 20 : 1 des 3 nichoirs occupé (2 couvées) sous un pont.
             o    Site 22 : site naturel occupé.
             o    Site 74 : nouveau site naturel où le cincle a été repéré cette année sur un nid naturel, mais qui a finalement                           été prédaté.
             o    Site 63 : Nid naturel occupé, 1ère couvée réussie mais la 2ème a été prédatée.
             o    Site 64 : sous un pont, 1 couvée réussie.
             o    Site 31 : site naturel sous un pont, 2 couvées réussies.
             o    Site 33 : Site naturel avec 1 ou 2 couvées réussies.

  • Triffoy :

              o    Site 42 : 1 couvée réussie dans le nichoir.
              o    Site 44 : 1 couvée réussie dans le nichoir.
              o    Site naturel repéré en dessous d'un bief sans nidification en 2019. Ce site sera agrémenté d'un                                            nichoir suspendu en 2020. Les cavités murales très réduites rendent le placement d'un nid très difficile. Ce site                      sera ajouté au projet en 2020.

  • Lilot :

              o    Site 73 : 2 nichées réussies dans le nichoir placé fin 2018.

  •  Ossogne :

              o    Site 36 : site naturel occupé 2 fois mais prédaté.

  • Sur le Fond d’Oxhe : 

             o    Présence de bergeronnettes avec plusieurs couvées réussies, mais beaucoup de prédations (raton, écureuil,                         fouine ?). Le cincle n’y a pas niché.

3.    Baguage :

  • Michel Ittelet et Luc ont bagué 45 juvéniles et  capturé 3 individus de plus d'un an déjà bagués. Des précisions sur la localisation de ces baguages seront apportées par la suite. Il serait également intéressant de connaitre la position où les 3 individus repris avaient été bagués pour la 1ère fois. Il sera également proposé aux participants du projet et à d’autres personnes intéressées d’assister à un baguage pendant la saison 2020.

4.    Prédation :

  • Cette année 2019 a encore été marquée par plusieurs prédations. Luc pense que certains sites sur le Hoyoux sont visités par des rats. Il semblerait que le raton laveur soit également fort présent sur l’Oxhe. Pour le rat, Marie-Claire contactera le service piégeage de la Région Wallonne, pour voir dans quel cadre une intervention est possible. Pour le raton, Marie-Claire a contacté la cellule Espèces invasives de la région wallonne : aucun plan d’action n’est mis en place au niveau de la Région concernant cette espèce, déjà très (trop ?) implantée. La cellule conseille l’encodage des observations d’individus et traces sur observation.be et  sur le site de la cellule invasive. Luc va surélever les nichoirs prédatés cette année le long du Hoyoux, et proposera cette démarche à Guy Winters pour le Fond d’Oxhe.

5.    Suite du projet en 2020

  • On reste sur la même organisation. Des participants pourront être « recrutés » lors de la balade.
  • Pose de panneaux.
  • Des nichoirs ont été décrochés de voûtes de ponts. On ne trouve plus de traces des nichoirs. Afin de conscientiser les personnes au respect de la quiétude des oiseaux, Luc propose de placer des panneaux « dissuasifs » à côté des sites qui attirent les curieux.

6.    Technologie GPS / RFID

  • Au printemps 2019, Luc a été contacté par Quentin Watthez, biologiste spécialisé en télémétrie animale, pour la présentation de technologies de suivi de la faune qui pourraient être utilisées pour mieux connaître les déplacements des cincles : GPS, RFID (radio frequency identification). Cela consiste à placer des bagues marquées sur les juvéniles, puis à l’aide d’un récepteur placé sur le terrain, de mémoriser et récupérer des données de présence des individus. Luc rappelle que l’utilisation de ces technologies permettraient de comprendre la dynamique de la population : dans quelles mesures se fait le déplacement des jeunes à la recherche de nouveaux sites, cibler vers quels autres cours d’eau le cincle va nidifier ou pourrait nidifier si les conditions de qualité de la rivière était réunies, etc. La difficulté est par contre pour l’équipe de monter une étude scientifique cohérente (ou placer les récepteurs, comment avoir un baguage systématique (+ autorisation de l’Institut des Sciences Naturelles), réfléchir à la nécessité de s’étendre sur d’autres rivières que le Hoyoux et ses affluents…). L’achat des dispositifs de suivi représente également un budget à déterminer.

 

Présents : Luc Loeckx, Guy Coster, Francine Closset, Michel Collard, Albert Baillien, Solange Verdin, Marie Claire Houée.
Excusés : Guy Winters, Françoise Deville, Anne Dewar, André Paquet, Michel Ittelet.

Partager sur :Email

Soutenez Natagora

Vous aimez la nature ? Aidez-la !

Participez avec Natagora à la préservation de l’environnement en Wallonie et à Bruxelles. Apportez votre voix à la nature en devenant membre de Natagora et soutenez activement nos actions en rejoignant notre groupe de volontaires.
 

JE DEVIENS MEMBREJE VOUS REJOINS

Faire un don

Vos dons rendent possibles toutes les actions de notre groupe de volontaires en faveur de la biodiversité. Déductibilité fiscale à partir de 40 € de dons par an.

JE FAIS UN DON